Almanach 31 décembre

Almanach 31 décembre

Pour la Saint-Sylvestre, Les jours croissent d'un pas de maître.
Saint-Sylvestre ne peut être qu'une fois l'an, C'est la veille du premier de l'An.

Quelques 31 décembre...

1682 : l'année se termine à Paris... qui n'a pas vu le moindre flocon de neige depuis mars 1681!

1783 : "en l'année 1783, il n'a point gelé, et toujours du vent, de l'humidité et des tempestes durent tout l'hiver".

1788 : le thermomètre descend à -21°5 à Paris. On mesure 65 cm de neige dans la capitale et la Seine gèle sur 60 cm d'épaisseur. Le Rhône et la Garonne gèlent. Les bords des bassins marseillais sont pris par les glaces. On traverse le Rhin en voiture.

1855 : la température plonge à -11°3 à Paris.

1903 : grand froid pour la Saint-Sylvestre : -9° au Havre, -10° à Paris et -11° à Nancy.

1906 : seulement trois ans plus tard, il fait encore plus froid : -13° à Clermont-Ferrand, -18° à Besançon et -25° à Gap !

1921 : l'année se termine à Paris qui comptabilise en douze mois 268 mm de pluie (l'équivalent du Sahel!!) et 2314 heures de soleil!!!!

1968 : le record mondial de haute pression est établi à Agata en Sibérie : 1083,8 hPa.

1970 : le champagne est trop froid! -20° à Reims, -21° à Troyes.

1978 : à 16 heures, on relève 11° à Orly et... -10° à Roissy ! Une brutale invasion d'air froid se produit par le nord. La pluie tourne à la pluie verglaçante puis à la neige, transformant l'Ile-de-France en patinoire géante. Les automobilistes abandonnent leurs véhicules en plein Paris. Des records de froid quotidiens tombent sur l'extrême nord (Abbeville, Cambrai, Lille), alors que des records de chaleur nocturne tombent un peu plus au sud, à Romorantin, Phalsbourg et Nancy.

1985 : l'année se termine comme elle a commencé, dans le froid! -13°3 à Châteaudun, -18° à Troyes, -16°5 à Poitiers et -9° à Albi. Le verglas paralyse le Finistère tandis que 6 cm de neige tombent sur Nantes et Rennes.

1996 : la Saint-Sylvestre est glaciale : -11°9 à Brive-la-Gaillarde.

1999 : le célèbre présentateur météo Alain Gillot-Pétré nous quitte, quelques jours après la tempête du siècle. Il était amoureux des ouragans...

 

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.