Bilans mensuels

 

Février 2015

Toujours pas de vague de froid en ce mois de février, mais une certaine fraîcheur omniprésente qui vient clore un hiver très "moyen" avec très peu d'extrêmes.

L'hiver 2014-2015 s'est déroulé sans vague de froid, comme l'hiver précédent. Le ressenti global est tout de même très différent : le rail océanique quasiment continu de l'hiver 2013-14 ne s'est pas répété cette année. Si le froid sec continental n'est pas parvenu à s'installer, le flux de nord-ouest à nord a pu apporter de l'air frais voire modérément froid. Cela a été le cas la majeure partie du mois de février qui compte 1 degré de déficit, avec des écarts négatifs plus creusés dans la partie sud. L'extrême nord est resté très proche des normales saisonnières. En plaine, le minimum du mois à été de -9,1 degrés à Grenoble le 3 (-16,2 degrés à Mouthe le 8). A l'opposé, on retrouve un maximum absolu de 19,1 degrés le 25 à Toulon. Les extrêmes sont donc peu marqués.

Au final, après des mois de décembre et janvier un peu plus doux que la normale (+0,5 degré dans les deux cas) et un mois de février modérément déficitaire, l'hiver 2014-15 est dans les clous. Cette distribution thermique est d'ailleurs conforme aux tendances saisonnières établies six mois à l'avance par Lamétéo.org.

Et les précipitations ?

Février a été bien humide et arrosé. La France a reçu en moyenne 67 mm pour une normale de 55 mm, soit 22% d'excédent. Les basses pressions omniprésentes expliquent bien sûr cet excédent, qui reste assez modéré. Février 2014 était beaucoup plus pluvieux (103 mm de moyenne nationale) et le record appartient au mois de février 1957 avec 114 mm. Les extrêmes du mois de février sont 20 mm à Strasbourg et 211 mm à Socoa (64). Si la neige a été discrète en plaine, comme les deux mois précédents d'ailleurs, elle a été très présente voire particulièrement abondante en montagne, notamment dans les Pyrénées où des cumuls exceptionnels ont causés de nombreux problèmes dans les stations de ski, difficiles d'accès et frappées par des avalanches.



Après un mois de décembre relativement sec et un mois de janvier plutôt humide, l'hiver 2014-15 comptabilise 203 mm de précipitations en moyenne nationale pour une normale de 199 mm, soit un chiffre habituel (2% d'excédent). Rappelons que l'hiver 2013-14 avait reçu 289 mm de pluie et que le record reste 306 mm en 1978-79.

Bilan solaire

Malgré assez peu de conditions anticycloniques, présentes du 5 au 12 et du 17 au 19, l'ensoleillement du mois de février a été correct : 104 heures de moyenne nationale pour une normale de 109 heures (moins de 5% de déficit). Les ciels de traînes et les quelques périodes anticycloniques ont suffi à sauver le bilan lumineux du mois de février.



Ce léger déficit se répète comme en décembre et janvier. Conséquence : notre hiver 2014-15 a été relativement peu ensoleillé avec 247 heures de soleil en France pour une normale de 274 heures, soit un déficit de près de 10%. C'est surtout décembre qui plombe un peu l'ambiance avec 20% de déficit. On reste tout de même loin de l'hiver 1950-51 et ses 211 heures de soleil seulement.

Un hiver classique, proche des normales saisonnières à tous points de vue (températures, précipitations et ensoleillement). Peu d'extrêmes puisque aucune vague de froid n'est arrivée jusqu'à la France. Peu de douceur excessive également en dehors de deux courtes périodes autour des 18 décembre et 10 janvier. Bref, un hiver finalement assez linéaire et peu neigeux en plaine. En revanche, après une première moitié difficile, l'or blanc est tombé en abondance en montagne après le 15 janvier, sauvant la saison touristique... mais si le trop-plein de neige a paralysé certaines stations pyrénéennes !

Cartes : Global Climate Data Base Données chiffrées :

 

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.