Bilans mensuels

Avril 2011

Avril 2011 aura été exceptionnel à plus d'un titre, un peu à l'image d'avril 2007, à quelques subtilités près. Mais contrairement à 2007, mars a déjà été très doux, très sec et ensoleillé.

Températures

La chaleur s'est imposée tout au long du mois d'avril, avec de rares baisses d'intensité, notamment en milieu de mois. Certaines villes ont connu leur "25 degrés" le plus précoce depuis l'ouverture des stations météo le 2 avril (Besançon, Bourg-Saint-Maurice, Guéret...). Des records de chaleur mensuels sont tombés... dès le début du mois  à Aurillac, Embrun, Mende, Millau ou encore Brive-la-Gaillarde dès le 7. Au final, avril 2011 dégage un excédent thermique de 4,0 degrés à l'échelon national, à 0,3 degré seulement du cru 2007. On constate toutefois des disparités régionales : l'ouest de la Basse-Normandie, la Bretagne, la Loire-Atlantique, la Vendée, les Charentes et l'Aquitaine, ainsi que localement le secteur de Saint-Auban, ont connu leur mois d'avril le plus chaud depuis l'ouverture des stations météo (1920 dans le cas de Bordeaux). L'excédent thermique mensuel dépasse localement 5 degrés (notamment en région parisienne). Les régions de l'est, malgré de gros pics de chaleur, ont connu une température moyenne inférieure à celle d'avril 2007, parfois de plus d'1 degré. Avril 2011 se place donc en deuxième position parmi les mois d'avril les plus chauds après 2007 ; il est suivi des mois d'avril 1865 et 1893 (depuis 1781). Par ailleurs, depuis 2002 inclus, la France vient de connaître son neuvième mois d'avril excédentaire en température (sur dix) ; avril 2008 fait exception avec des températures "normales". Ces fortes températures d'avril ont aggravé le facteur sécheresse en France en augmentant largement l'évaporation.
 

Précipitations

Outre la chaleur, avril 2011 aura été particulièrement sec sur l'ensemble du pays, à l'exception du Roussillon, sans battre de records toutefois mais en les approchant parfois à quelques dixièmes de millimètres. Selon les régions, les mois d'avril 2007, 1984, 1980, 1955 ou encore 1945 avaient été plus secs. Il est par exemple tombé 5,0 mm ce mois-ci à Rennes (record : 1,5 mm en avril 1980) ou encore 8,8 mm à Gourdon (record : 8,1 mm en 1980). Après les trois premiers mois de l'année déjà secs, les faibles précipitations d'avril accentuent la sécheresse qui s'installe de jour en jour.  

 

Ensoleillement

Logiquement, on retrouve un ensoleillement très important sur l'ensemble du pays, un peu moins toutefois sur les régions méridionales. Sur la moitié nord, l'ensoleillement dépasse les normales d'un mois de juin ou juillet. Dans l'ensemble, on reste toutefois assez loin des records d'avril 2007 et plus localement avril 1997. Lyon fait exception : l'astre du jour y a brillé 300 heures, battant ainsi le record d'avril 1997 qui comptabilisait 295 heures (278 heures en 2007). Mâcon bat avril 2007 d'une petite heure (295 heures au lieu de 294). Le fort ensoleillement a été également un facteur aggravant de la sécheresse.  



Très peu de pluie, beaucoup de soleil et des températures estivales : après trois mois secs et un mois de mars très doux et ensoleillé, la sécheresse prend ses aises. Les conditions risquent de s'aggraver au cours de ces prochaines semaines en l'absence de pluies significatives. 
 

Données des stations de Météo-France

 

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.