Bilans mensuels

Septembre 2012

Ce premier mois d'automne n'a pas présenté d'anomalies particulières, en dehors de la persistance d'une relative sécheresse, notamment sur le tiers nord du pays et sur les Charentes.    

La première décade, globalement chaude avec un pic de chaleur atteint le 9 (30 degrés et plus sur les trois-quarts du pays) n'aura pas suffi à faire de ce mois de septembre 2012 un mois chaud. Les nuits souvent assez fraîches et la fin du mois rafraîchie ont en effet amené le mois à l'équilibre thermique. Le bilan est donc parfaitement nul : 0 degré ! Ni chaud ni froid donc, mais avec quelques disparités géographiques toutefois : un peu plus frais que la normale sur le tiers nord jusqu'aux Charentes (0 à -0,5 degré, jusqu'à -1,4 degrés à Rennes) ; un peu plus chaud sur les autres régions (+0,1 à +0,8 degré d'excédent, +0,8 sur le Bordelais).

Les premières gelées d'automne sont apparues localement de façon très précoce à Nevers, Charleville-Mézières, Romorantin ou encore Guéret le 20, sans battre de records de précocité. Une dizaine de jours avant, on observait pourtant des fortes chaleurs tardives (30 degrés et plus sur la plupart des régions), mais là aussi sans battre de record pour autant.


Les précipitations ont été modérément inférieures aux normales saisonnières à l'échelon national, avec des disparités géographiques toutefois. Globalement déficitaires, les quantités de pluie ont au contraire été plus importantes que d'habitude de la Côte d'Azur au Lyonnais jusqu'en Bourgogne (137 mm à Nice pour une normale de 73 mm). La dernière semaine a réussi à "sauver les meubles" en rattrapant en partie l'important déficit des trois premières semaines, faisant suite à la période de sécheresse réinstallée depuis le 15 juillet. C'est sur l'extrême nord que les pluies ont été les plus faibles : 21 mm seulement dans le mois à Lille pour une normale de 62 mm !

 

L'omniprésence des conditions anticycloniques (25 jours sur 30 !) a favorisé un bon ensoleillement sur les trois-quarts du pays (mais loin des records des mois de septembre 1997, 1985 ou 1959), avec 10 à 15% d'excédent en général (220 heures à Bourges pour une normale de 186 heures). Quelques exceptions tout de même puisque des régions ont, au contraire, connu un petit déficit : la Bretagne, la moyenne vallée du Rhône, la Corse et surtout le Roussillon où les fréquentes entrées maritimes ont apporté pas mal de grisaille (189 heures seulement à Perpignan pour une moyenne de 222 heures).




On notera par ailleurs une vague orageuse tardive le 23 septembre au soir, occasionnant même des tornades de faible intensité en Normandie et en Picardie. Le premier coup de vent de l'automne s'est d'ailleurs produit dès le lendemain, provoquant quelques dégâts mineurs dans le nord-ouest. Ces phénomènes n'ont pas présenté de caractère particulier pour cette période de l'année.

En dehors d'une sécheresse s'atténuant, mais persistante tout de même et d'un assez bon ensoleillement, le mois de septembre 2012 est resté très proche des conditions météo habituellement rencontrées au début de l'automne.

Données des stations de Météo-France

 

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.