L'édito

L'édito

Frédéric Decker de lamétéo.org

Canicule !

Atteindre ou dépasser 35 degrés en juin sur une bonne partie de la France, c'est assez rare, même si cela s'est déjà produit en 2011, 2005, 2003 (évidemment...), 1976 (évidemment...), 1947 évidemment)....

N'hésitez pas à "aimer" Lamétéo.org sur Facebook pour vous tenir informés des dernières mises à jour et infos météo --->

Lameteo.org annonçait un risque de canicule pour cet été 2017 depuis six mois déjà, mais plutôt en juillet. La canicule envisagée en juillet aurait-elle simplement de l'avance, annulant celle du mois prochain ? Rien n'est jamais sûr en tendances saisonnières, loin de là, avec une fiabilité de 61% seulement. Mais le risque caniculaire pour juillet n'est pas exclu, même si les premières tendances indiquent un début de mois plutôt frais, tendances demandant confirmation...

La canicule s'invite particulièrement tôt cette année 2017, après une fin mai déjà particulièrement chaude. Depuis le début de l'année pourtant, 2017 affiche un certain retard thermique par rapport aux années précédentes, en raison d'un mois de janvier très froid et d'un temps très frais à froid de mi-avril au 10 mai.

Voici les records de chaleur à battre, nuit et jour :

 

Malgré le rafraichissement climatique des années 50, 60 et 70, quelques mois de juin se sont démarqués par des canicules précoces, et parfois les seules de l'été : fin juin 1950 avec 35 degrés à Besançon, 38 à Saint-Etienne ou 40 à Mont-de-Marsan, fin juin 1952 avec 37 à Nantes, 38 à La Rochelle et 39 à Mont-de-Marsan. En 1961 également avec 37,2 degrés (pas le matin !) à Niort, 1976 évidemment et plus particulièrement dans le nord-ouest avec 36 degrés à Rennes et Lorient...

Fin juin 1947, quasiment toute la France suffoque sous 35 degrés et plus, et il ne s'agira que d'une mise en bouche en attendant la canicule de fin juillet et début août cette année-là, encore bien plus forte, se plaçant juste derrière celle de 2003.

On retrouve bien sûr des canicules du même ordre dans un passé plus lointain, y compris en plein "Petit Âge Glaciaire" : 36,9 degrés à Paris le 23 juin 1748, 36,9 degrés aussi le 17 juin 1751 dans la capitale, 37,5 degrés à l'observatoire de Paris le 22 juin 1764, 36,8 degrés à Paris le 24 juin 1772, 37,6 degrés à Toulouse le 23 juin 1849, 35,3 degrés à Paris le 3 juin 1858 puis 35,5 à Lille et 36 degrés à Tours deux semaines plus tard le 15 juin 1858, quelques jours plus tard encore 38,0 degrés à Montpellier le 20 juin 1858 (un mois exceptionnellement chaud déjà à l'époque !), 34 à Chateauroux, 37 à Clermont-Ferrand et 38 à Nîmes le 11 juin 1931... Les exemples sont fort nombreux. La précocité de la vague de chaleur qui débute actuellement sur la France est toutefois remarquable. Juin 2017 pourrait être le deuxième mois de juin le plus chaud derrière 2003 malgré un certain retard pour l'instant par rapport à ce mois record.

Ces données anciennes ont été compulsées puis validées par le service climatique de Météo France.

 

Faut-il tomber dans l'alarmisme et le catastrophisme par rapport à cette canicule à venir ? Non. Ce type d'événement météorologique s'est toujours produit même si il s'était raréfié lors des 30 années après la seconde guerre mondiale, marquée par une baisse de la température dans le monde, en Europe et en France. Le réchauffement des ces 35 dernières années a à nouveau augmenté la récurrence des épisodes caniculaires, y compris tôt dans la saison. Mais pas question non plus de sous-estimer le phénomène, susceptible de fragiliser les personnes âgées, les malades, les nourrissons mais aussi nos petits animaux de compagnie. Merci de ne pas les oublier !

Frédéric Decker

Archives des éditos : ARCHIVES MétéoBlog TV5

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.