L'anticyclone

L'anticyclone

 

BaromètreAh! Qu'il est agréable de prendre le petit déjeuner sur la terrasse et de passer la journée à la plage ou au bord d'un lac sous le soleil! Et à qui doit-on cette journée de rêve? A l'anticyclone biensûr! Mais l'anticyclone a ses inconvénients: la grisaille et le brouillard en hiver, la pollution dans les grands villes et la sécheresse lorsque les conditions anticycloniques se poursuivent trop longtemps.

A l'inverse de la dépression, l'anticyclone est un centre de haute pression, une zone de calme dans lequel règne en général un temps ensoleillé. Toutes les modifications de la pression atmosphérique ont pour origine de multiples causes mécaniques et thermiques qui interfèrent fréquemment les unes sur les autres. Parmi les plus importantes, il faut citer la rotation de la Terre, les mouvements de l'air ou encore les températures des différentes couches de l'atmosphère. On distingue ainsi plusieurs types d'anticyclones:

- Les anticyclones semi-permanents: leur formation est liée à la circulation générale de l'atmosphère. L'air chaud s'élève au-dessus des régions équatoriales. Une fois en altitude, il se déplace vers le nord et se refroidit. Avant d'arriver à sa destination finale, vers 30° de latitude, il s'est refroidit devenant plus pesant et "retombe". Il retourne alors vers l'Equateur et se réchauffe à nouveau. Ce trajet circulaire constitue une cellule de Hadley: courants ascendants en région équatoriale, descendants en régions subtropicales. C'est notamment le cas de l'anticyclone des Açores.

- L'anticyclone sibérien: sa formation résulte d'effets thermiques. Elle est principalement dûe à la température de l'air. Pendant l'hiver, le refroidissement est important en Asie et en Amérique du Nord. La densité de l'air dans les basses couches augmente et contribue à la formation d'un puissant anticyclone qui parvient à recouvrir toute l'Asie et une grande partie de l'Europe. De tels anticyclones se développent sur les régions continentales glacées, en contrariant les influences de la circulation générale. Il s'agit en fait d'anticyclones locaux.

- Les anticyclones migrateurs: ils concernent le plus souvent nos régions tempérées et stationnent plus ou moins longtemps sur l'Europe Occidentale. Leur formation résulte à la fois de la circulation générale et d'effets thermiques. Des turbulences se produisent fréquemment en raisons des vents d'ouest. L'air chaud équatorial est aspiré vers le nord, provoquant une baisse de la pression. Au contraire, lorsque l'air froid descend vers le sud, la pression augmente et un anticyclone se crée.

TournesolsLe vent tourne dans le sens des aiguilles d'une montre autour d'un anticyclone dans notre hémisphère. Mais il s'écoule aussi vers les zones de basses pressions. Ainsi, le vent souffle toujours des zones anticycloniques vers les zones dépressionnaires.


 

Petites anecdotes...

Des conditions anticycloniques persistantes permettent à la sécheresse de s'installer. En mars 1953, il n'a pas du tout plu sur le bassin parisien et le Centre.

De décembre 1975 à août 1976, une "anomalie climatique" est à l'origine de la sécheresse qui frappe la moitié nord de la France, notamment la Bretagne et le nord-ouest en général. En effet, un anticyclone a stagné des îles britanniques à la Scandinavie durant ces longs mois, ne bougeant quasiment pas. Conséquence: des pluies très largement déficitaires, un ensoleillement exceptionnel et des températures très élevées persistent durant ces neuf mois. La Bretagne se transforme alors en Côte d'Azur. La même année, la ville de Nice bat son record de l'ensoleillement le plus faible!