News

 

"La Niña" en 2020 ?

La baisse des températures de surface de l'est de l'océan Pacifique pourrait indiquer l'apparition du phénomène la Niña ces prochains mois, plutôt à l'automne prochain. 

La phase neutre actuelle dans le centre-est de l'océan Pacifique devrait se maintenir jusqu'à la fin de l'été à 75% de chances, selon les résultats de l'institut NOAA, spécialiste dans le domaine. Les risques de voir la Niña dès cet été ne sont donc que de 25%.

L'éventuelle arrivée de la Niña à partir de l'automne pourrait avoir des répercussions sur les cyclones en Atlantique Nord, plus fréquents et plus forts que la moyenne. Les "chances" de voir apparaître la Niña cet automne sont de 45%, notamment en toute fin de saison, vers novembre-décembre. La Niña pourrait alors perdurer au cours de 'hiver 2020-2021, probabilité restant toutefois à confirmer d'ici là.

Il s'agirait alors d'un phénomène faible à modéré, n'ayant que peu de répercussions en Europe, alors que le réchauffement mondial ralentirait.

Les phases El Niño et la Niña se produisent très régulièrement depuis 1950, date du début des mesures des indices ENSO. Le réchauffement climatique moderne de ces 40 dernières années ne semblent pas vraiment influencer la fréquence de ces anomalies thermiques. Des fluctuations plus marquées ont l'air de se dessiner depuis les années 80, avec des "El Niño" plus chauds et des "la Niña" plus froids. Toutefois, la période de référence étant très courte (moins de 70 ans), il est difficile d'en tirer des conclusions précises et fiables.

Contrairement à El Niño, la Niña n'a pas d'influence notable en Europe et en France où les hivers froids, de saison et doux se produisent de manière très équitable lors de sa présence. Il est donc impossible d'affirmer que la Nina apportera un hiver froid en France. Les sources annonçant un hiver 2020-2021 froid ou glacial ne doivent pas être prises au sérieux. De nombreux hivers très doux se sont d'ailleurs produits en France lors de la Niña intenses, tels que les hivers 73/74, 74/75, 88/89, 98/99, 99/2000, 2007/2008... entre autres exemples. Un des plus puissant la Niña, en 88/89, a même correspondu avec l'un des hivers les plus chauds en France ! Les grosses séries d'épisodes la Niña, au milieu des années 70 puis fin des années 90/début 2000 n'ont donné que des hivers doux chez nous.

La Niña aurait des effets surtout dans les zones équatoriales et tropicales comme toujours au cours de la fin d'année. Elle aura aussi pour effet d'abaisser sensiblement la température moyenne mondiale

- Frédéric Decker, Lameteo.org - Samedi 30 mai 2020 -

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.