News

Risque de tempête vendredi sur la France

L'agitation de ces deux derniers jours marquera une pause jeudi sur la France malgré quelques averses résiduelles. Les hostilités reprendront de plus belle dès vendredi au passage d'une dépression particulièrement creuse pour la saison, faisant craindre des vents violents à tempétueux sur un large quart nord-ouest.

Une dépression à moins de 999 hPa se creusera près du Cap Finisterre, en Espagne, occasionnant des vents très violents du Portugal au nord-ouest de l'Espagne, dépassant parfois 100 km/h, en particulier sur les côtes.

Cette dépression, poussée par un puissant courant jet, remontera en direction de la Bretagne vendredi, se creusant encore à moins de 995 hPa, avec un resserrement isobarique marqué dans sa moitié sud, occasionnant des vents violents dès vendredi matin sur le centre-ouest de la France, pouvant atteindre 90 à 110 km/h jusque dans les terres, voire 120 sur la frange littorale. 

Rafales prévues par CEP entre 8 et 11 h

A la mi-journée, les bourrasques pourront dépasser les 100 km/h des Charentes au Poitou jusqu'à la Sarthe et la Touraine, 80 à 100 km/h sur les régions proches.

Rafales prévues par CEP entre 11 et 14 h

Dans l'après-midi, les vents les plus violents sont envisagés entre le Poitou, la région Centre, l'est du Perche, l'Eure et l'ouest de l'Ile-de-France avec des rafales de 90 à 110 km/h. Les rafales décéléreront plus à l'ouest. Au contraire, elles se renforceront à l'avant dans l'est.

Rafales prévues par CEP entre 14 et 17 h

En début de soirée, les bourrasques persisteront du Centre au Pays de Caux, a priori un peu moins fortes que précédemment, gagnant les Hauts-de-France et l'ensemble du Bassin Parisien avec des pointes approchant encore les 100 km/h.

Rafales prévues par CEP entre 17 et 20 h

Pour la suite de la soirée, le vent faiblira encore, soufflant encore violemment sur l'extrême nord.

Rafales prévues par CEP entre 20 et 23 h

Ce violent coup de vent ou cette tempête s'annonce atypique par sa tardiveté. Un tel phénomène durant l'été météorologique reste rarissime. Le cas le plus connu étant celui du 7 juillet 1969, tempête surprise ayant frappé brutalement la Bretagne, semant alors la panique et la mort dans les campings.

La tempête de vendredi risque de provoquer des dégâts potentiellement importants, en particulier sur la végétation très feuillue à cette période de l'année, offrant une très grande prise au vent, contrairement aux tempêtes se produisant en hiver sur des arbres nus. 

Attention ! Ces prévisions sont susceptibles d'évoluer dans un sens ou dans l'autre d'ici là !

- Frédéric Decker, Lameteo.org - Mercredi 5 juin 2019 -

 

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.