News

Tempête Adrian, inondations, chutes de neige parfois exceptionnelles jusqu’en plaine : une fin octobre hivernale

Le mois d’octobre et plus généralement le début de l’automne ont été marqués par une grande douceur et surtout une sécheresse persistante. Cette situation a brusquement changé au cours du week-end des 27 et 28 octobre. En effet, alors que tout le pays baignait encore dans des températures très douces et un temps bien ensoleillé, la France a connu son premier brusque assaut hivernal à partir du samedi 27. Entre des températures diurnes exceptionnellement basses, une tempête historique en Corse, et des chutes de neige jusqu’en plaine dont les épaisseurs se sont parfois révélées inédites pour la période, les conditions climatiques ont fait la une de l’actualité. Retour sur ces évènements avec quelques explications techniques.

I/ Une dorsale anticyclonique sur l’Atlantique et une puissante dépression sur la Méditerranée

Cela faisait plusieurs mois que la situation synoptique paraissait bloquée avec une activité dépressionnaire sur l’Atlantique qui véhiculait des flux de sud-ouest anormalement chauds. Le mois d’octobre n’ayant pas dérogé à la règle, la situation allait néanmoins brusquement changer en toute fin de mois. 

Samedi 27 octobre, une puissante dorsale anticyclonique s’est établie des Açores jusqu’au Groenland. En amont, un appel d’air froid et instable déboulait depuis la Scandinavie. Sous la pluie, les températures diurnes se sont déjà montrées particulièrement basse sur la moitié Ouest du pays où quelques records de froid sont tombés lors du week-end.

Des températures maximales exceptionnellement basses

Source meteo-villes.com

Mais c’est surtout dans la journée et soirée du lundi 29 octobre que la situation allait devenir parfois critique. 

Alors que la dorsale anticyclonique (1) s’est légèrement décalée vers la Scandinavie, tout en s’affaiblissant avec la reprise de l’activité dépressionnaire sur l’Islande, le talweg dépressionnaire (2) continuait de s’enfoncer vers la Méditerranée. Avec une masse d’air à 500 hpa (environ 5500 m d’altitude) autour de -30°C et une mer encore à 22°C, le cocktail n’a forcément pas fait bon ménage. En effet, une puissante dépression (3) nommée Adrian s’est formée au large de la Corse. 

Simulation issue du modèle ARPEGE pour le lundi 29 octobbre 2018 – Pression 500hpa

Source : www.meteociel.com – Image retouchée par Allan C.

La formation de cette dépression a provoqué de nombreuses intempéries sur le pays. Météo-France a donc déclenché trois vigilances simultanées pour le vent (vigilance rouge sur la Corse), les orages/inondations sur les Alpes Maritimes et le Var, et enfin la neige sur une large bande centrale du pays.  

II/ Tempête, inondations, chutes de neige précoces

Pourtant habitué aux intempéries hivernales, la Corse a dû faire face à des dégâts souvent impressionnants liés notamment au vent et aux submersions. 

Voici quelques rafales de vent maximum : (Source Météo-France)

117km/h à Ajaccio

176 km/h à Marignana (Corse-du-Sud)

188 km/h au cap Corse

La photo du village de Brando à proximité du Cap Corse, témoigne de la violence du phénomène. Les images de la baie d’Ajaccio sont également assez surréalistes avec des bateaux qui se sont échoués sur le bord de mer à cause de la force des vagues

Photo : commune de Brando

Photo : France 3 Corse

Heureusement, la tempête n’a provoqué qu’un blessé grave. En Italie, le bilan est plus dramatique avec 9 morts

Le Var a également été victime d’inondations comme ci-dessous à Roquebrunne.

Source : facebook.com/meteoCA/

Autre fait tout aussi remarquable, la neige est apparue jusqu’en plaine et parfois en grande quantité. En effet, la dépression a également continué de drainer l’air froid scandinave sur le pays par effet « pompe à froid ». A l’avant d’Adrian, de l’air très doux est remonté sur l’Europe Centrale. Entre les deux masses d’air, une intense zone de précipitation s’est formée du Golfe du Lion jusqu’au Massif Central. Par isothermie, la neige finit par remplacer la pluie parfois jusqu’en plaine dans la soirée du lundi 29 octobre. C’est notamment le cas à Saint-Etienne où l’épaisseur est exceptionnelle pour une fin octobre (entre 17 et 35cms selon les quartiers de la ville). Cette neige lourde et collante a provoqué de nombreux dégâts, les arbres étant encore très feuillus suite à un début d’automne très doux.

Saint-Etienne sous des chutes de neige abondantes exceptionnellement précoces

Source : instagram solidus_snk et pierre_j842

En cours de soirée, la dépression se décalant vers l’est puis le nord, la neige est également tombée sur la Bourgogne et le Centre notamment mais en plus faible quantité ce qui est tout de même remarquable pour la période.

Exemples : 

Bourges (18) : 3cm

Vichy (03) : 4cm

Nevers (58) : 3cm

III/ Vers de nouveaux épisodes Méditerranéens ?

Si le mercure devrait de nouveau retrouver les normales saisonnières (voire au-dessus), nous n’en avons peut-être pas fini avec les intempéries le mercredi 31 octobre. Un nouvel épisode est d’ailleurs en vue sur le Languedoc-Roussillon. En cause, une circulation très méridienne : le jet-stream atlantique plonge directement sur l’Espagne et la Méditerranée. A plus long terme (selon les modèles numériques du mardi 30 octobre 2018), on retrouverait ce même schéma. Après un début d’automne très sec, le mois de novembre serait-il parti pour être très humide sur les régions du sud ?

Allan CROUVIZIER – Prévisionniste météo-alpes.org – Page fb : ClimAlpes - pour Lameteo.org - Mardi 30 octobre 2018 -

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.