News

Tempêtes tropicales et cyclones à La Réunion

La tardive et forte tempête tropicale FAKIR a frappé l'île de La Réunion mardi 24 avril 2018, de façon brutale et rapide avec un déplacement à 41 km/h alors que ces phénomènes évoluent habituellement entre 10 et 20 km/h. Un phénomène mal prévu jusqu'au dernier moment, celui-ci s'étant renforcé brutalement, défiant les modèles météo en deçà de la réalité.

FAKIR a occasionné des très fortes rafales de vent, jusqu'à 176 km/h à Gros Piton Sainte-Rose (le record reste 234 km/h le 11 février 1994 sous le cyclone HOLLANDA), dans l'est de l'île. Les précipitations associées à la tempête tropicale ont atteint jusqu'à 415 mm en 12 heures à Gros Piton Sainte-Rose (le record en 12 heures à La Réunion reste 1144 mm le 7 janvier 1966 à Foc Foc). Outre de nombreux dégâts dus au vent, des coulées de boue et inondations se sont produites un peu partout sur La Réunion, faisant malheureusement deux morts à l'Etang-Salé lorsque qu'un couple a été surpris par une coulée de boue au coeur de leur maison. La houle de tempête a culminé à 8 mètres.

 

Dans l'ère moderne de la météorologie, il s'agit du phénomène tropical le plus tardif a touché La Réunion, battant le "record" du 10 avril 1996 et du passage de la dépression tropicale HANSELLA sur l'île intense. Un record qui ne tient plus toutefois si l'on considère les observations et les écrits plus anciens (avant 1950) :

-> Le 29 avril 1892, un cyclone ravage l'île Maurice et dans une bien moindre mesure La Réunion, avec une pression chutant à 947 hPa.

-> Le 11 avril 1944, un cyclone dit "désastreux" frappe La Réunion avec des vents de plus de 150 km/h, un raz de marée très important et un baromètre dégringolant à 954 hPa.

-> Seulement un an plus tard, le 7 avril 1945, un cyclone encore plus puissant (plus de 200 km/h) balaye La Réunion, ravage les cultures et tue 13 habitants.

La Réunion subit plus ou moins régulièrement le passage de cyclones : en 44 ans, 7 cyclones sont passés à moins de 100 km, 6 entre 100 et 200 km et 17 entre 200 et 300 km. Bien sûr, plus le cyclone circule au large et plus les effets sont atténués.

Le record de vent sur l'île appartient au cyclone DINA qui souffla jusqu'à 277 km/h au Piton Maïdo entre le 22 et le 23 janvier 2002, dernière rafale mesurée avant la destruction de l'anémomètre... Le mur de l'oeil passa à moins de 30 km des côtes nord-ouest, au large du Port. Les bourrasques soufflaient souvent autour de 180 à 220 km/h sur l'île, y compris dans le Cirques plus protégés comme Cilaos (180 km/h). La pression n'était pourtant pas extrêmement basse : 976 hPa. La durée des vents cycloniques fut exceptionnelle, avec une quinzaine d'heures au-dessus de 150 km/h, notamment à la Plaine-des-Cafres. La houle cyclonique culminait alors à 15 mètres. DINA donna jusqu'à 1385 mm de pluie en 24 heures à la Plaine-des-Chicots (plateau de montagne à 1,900 mètres d'altitude). Par miracle, on ne dénombre aucune victime sur l'île malgré des éléments déchaînés.

Avant DINA, le cyclone FIRINGA fut d'une très grande violence le 29 janvier 1989, son oeil passant directement sur La Réunion. A Saint-Pierre et la Plaine-des-Cafres, les plus fortes rafales culminent à 216 km/h... au moins, les anémomètres arrivant en butée à cette valeur. La pression chute à 962 hPa et des pluies diluviennes frappent les hauts du sud et l'intérieur de l'île avec 909 mm en 24 heures à La Crête. On compte malheureusement 4 morts.

Du 24 au 28 février 2007, le cyclone GAMEDE, extrêmement vaste, a des conséquences durant 4 jours consécutifs sur La Réunion, 4 jours avec plus de 100 km/h de vent jusqu'à 167 km/h à Bellecombe, une houle de 12 mètres et des records de pluie mondiaux sur 3 et 4 jours avec respectivement 3929 mm et 4869 mm à Commerson !

Avant cela, les cyclones COLINA (205 km/h à la Plaine-des-Palmistes) et HOLLANDA (234 km/h à Gros piton Sainte-Rose) frappèrent La Réunion le 19 janvier 1993 puis le 11 février 1994. HOLLANDA détruisit l'église de Grand-Ilet dans le Cirque de Salazie.

Entre le 13 et le 14 février 1987, le cyclone CLOTILDA souffla jusqu'à 173 km/h à Gillot-Aéroport et causa des inondations et coulées de boue meurtrières : 9 morts.

En janvier 1980, le cyclone HYACINTHE, totalement atypique, effectue trois boucles à proximité de La Réunion... en deux semaines, apportant des pluies phénoménales du 15 au 28 janvier, causant des dégâts considérables et tuant 25 personnes.

Du 7 au 8 janvier 1966, le cyclone DENISE appelé "cyclone de pluie" a soufflé jusqu'à 180 km/h et surtout causé des pluies records, jusqu'à 1.825 mm en 24 heures à Foc Foc (flanc sud du volcan). On dénombra 3 morts.

Le 28 février 1962, le cyclone JENNY traversera très rapidement le nord de l'île, tuant 37 personnes et faisant 16.000 sinistrés. Les vents ont dépassé 220 km/h avec une pression chutant à 954 hPa. Pour l'anecdote, un avion d'Air France chargé de passagers resta sur la piste durant deux heures face au vent avec ses moteurs à plein régime. Les passagers furent débarqués durant le passage de l'oeil !

Dans la nuit du 26 au 27 janvier 1948, le cyclone du XXe siècle toucha La Réunion, passant à une quarantaine de km à l'ouest avec une pression à 940 hPa. Les vents moyens atteignaient 170 km/h et les rafales autour de 250 km/h. Ce cyclone tua 165 réunionnais et le montant des dégâts atteignait plusieurs milliards de francs.

Le 4 février 1932, un cyclone de petite taille mais extrêmement violent fait une centaine de morts sous des pluies torrentielles.

Le 4 mars 1913, un cyclone engendre un raz de marée à Saint-Pierre et emporte le pont de la rivière Saint-Etienne. A Saint-Paul, l'eau monte jusqu'à 2 mètres au-dessus de la chaussée.

Le 21 mars 1904, un cyclone et son oeil traversent La Réunion, provoquant des dégâts énorme avec une pression chutant à 952 hPa.

Les cyclones du 29 avril 1892, du 22 décembre 1875, du 12 mars 1868 et de janvier 1858 semèrent la destruction et la mort lors de leurs passages.

En février 1829, un puissant cyclone passe à proximité du nord de La Réunion, provoquant un raz de marée. Il projette la goélette "l'Alerte" sur le toit des bureaux du Port.

Enfin, début décembre 1770, un très violent cyclone, décrit dans l'ouvrage "Paul et Virginie" ravage La Réunion...

La fréquence et la puissance des cyclones de l'océan Indien circulant près de La Réunion n'augmentent pas malgré le réchauffement climatique, également observé sur cette partie du monde. La tendance serait même inverse, avec une légère baisse de fréquence des phénomènes tropicaux sur ces 40 dernières années...

- Frédéric Decker, Lameteo.org - Mercredi 25 avril 2018 -

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.