News

Maria de catégorie 1 à 5 en 18 heures... Du jamais vu ?

Du jamais vu... exceptionnel... extraordinaire... Le creusement particulièrement rapide de Maria passant de catégorie 1 à 5 en 18 heures à peine évoque des supers superlatifs. Super ! Mais est-ce vraiment du "jamais vu" ?

Dans sa phase la plus "explosive", le cyclone MARIA a perdu 55 hPa en 24 heures, passant de 979 à 924 hPa entre le 18 à 3 heures UTC et le 19 à 3 heures UTC, dont un creusement de 25 hPa en trois heures seulement le 18 entre 21 heures et minuit. Un record... ou pas ? Qu'en est-il ?

En octobre 2005, WILMA a fait bien pire avec un creusement de 86 hPa non pas en 24 heures, mais en 12 heures seulement, passant ainsi de catégorie 1 à 5 en dans cette petite douzaine d'heures dans la mer des Caraïbes au large du Mexique, ne touchant aucune zone habitée à ce moment-là. Il frappera finalement la presqu'île du Yucatan puis la Floride quelques jours plus tard, ayant perdu de sa force.

En 1988, GILBERT a fait également "mieux " ou plutôt pire que MARIA avec un creusement de 72 hPa en 24 heures entre le 12 et le 13 septembre. Il frappa la Jamaïque, les Îles Caïmans puis le Mexique et l'extrême sud du Texas.

Comparable à MARIA, le cyclone HUGO a perdu 52 hPa en à peine 24 heures entre le 14 et le 15 septembre 1989, juste avant de frapper l'arc antillais. Nos amis Martiniquais et Guadeloupéens s'en souviennent encore...

A l'échelon mondial, le super-typhon FORREST détient le record du creusement le plus rapide avec 100 hPa de perte en 24 heures, passant de 976 à 876 hPa en septembre 1983 et des vents passant de 120 à 285 km/h ! Sans entrer plus dans le détail, de nombreux records de vent, de pluie, de houle appartiennent à ces cyclones "anciens".

La saison cyclonique est active voire très active cette année 2017 dans le bassin Atlantique. Elle fait toutefois suite à trois années de "vaches maigres" avec peu de phénomènes tropicaux entre 2014 et 2016. Avec 13 phénomènes baptisés à ce jour, 2017 reste pour le moment très loin de l'année 2005 record et ses 28 phénomènes. Il reste toutefois deux mois ou un peu plus en cet automne 2017 pour voir le nombre de phénomènes augmenter sensiblement.

Bien qu'active et marquée par des cyclones très violents, cette année 2017 n'indique aucune tendance d'aggravation des cyclones dans l'Atlantique. Une seule année ne suffit pas pour affirmer quoi que ce soit, surtout en faisant suite à trois années consécutives "calmes", elles-mêmes n'indiquant pas de tendance à une baisse. Une tendance climatique doit se produire sur 20 à 30 ans pour être valide. D'autre part, le nombre de cyclones est très stable depuis 60 ans et au-delà, n'indiquant pas de multiplication des phénomènes cycloniques. Le nombre de cyclones violents n'augmentent pas plus, restant stable depuis les années 50. Les cyclones violents deviennent-ils plus violents ? Non :répondre par l'affirmative sur cette seule saison cyclonique 2017 serait abusif et totalement faux. Malgré le réchauffement rapide entre les années 70 et 2000 à l'échelon mondial, les cyclones intenses ne sont ni plus nombreux ni plus intenses qu'autrefois dans l'Atlantique ou ailleurs.

Et avez-vous remarqué une chose ? On parle très peu des typhons dans le Pacifique cette année... C'est le principe des vases communicants : lorsqu'une saison est active d'un côté, elle est peu marquée de l'autre !

- Frédéric Decker, Lameteo.org - Mardi 19 septembre 2017 - 

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.